Pourtant, en grande forme sur Inter, il a refusé dire s'être trompé sur l'appel des 700 mosquées, ainsi que sur le soutien de Tariq Ramadan à François Hollande. Deux mensonges décryptés par Libé ou par Mohamed Sifaoui, qui a sa petite idée sur le responsable de cette intox : Abderrahmane Dahmane : l'hurluberlu en campagne !.

La veille, il avait dit n'avoir jamais prononcé "vrai travail". Encore un mensonge, puisqu'il avait sorti cette expression en direct lundi 23 au matin, en sortant de son QG. Expression répétée en meeting. Avant de se rétracter au moins aussi piteusement que quand il avait dû admettre n'être jamais allé à Fukushima, avec un air de petit garçon qui a falsifié son bulletin de notes.

Il ne s'agit pas là de différences d'interprétation. Ni de chiffres ou de statistiques manipulées. Le mensonge est factuelle : il l'a dit ou il ne l'a pas dit, il y est allé ou il n'y est pas allé, les "700 mosquées" ont lancé leur appel ou n'ont pas lancé leur appel. Il n'y a pas de juste milieu. Le candidat sortant et son équipe pensaient-ils vraiment qu'on allait oublier, à 2 jours d'écart, les mots prononcés devant caméras et public ? Pensaient-ils que personne n'irait vérifier ?


Tant qu'on y est, ajoutons le rétrograde aux mensonges. Sur France Inter, en passant, il a indiqué vouloir revenir sur l'accès libre à la contraception pour les mineures : "En ce qui concerne le fait de donner la pilule à une mineure, les parents doivent être associés." Les garçons qui achètent des préservatifs devront-ils aussi prévenir leurs parents ? Nicolas Sarkozy préfère-t-il que les adolescentes enceintes avortent dans des centres IVG de moins en moins nombreux ?

visuel-sarko-contraception.jpg

Une déclaration qu'il oubliera peut-être pendant le week-end, tant il semble pris d'une crise d'anosognosie à répétition.