Valeurs actuelles dénonce la dictature que les Verts instaurent

couverture-verts-dictature.png Ah vous croyiez avoir élu un président socialiste ! Ah vous pensiez que les débats chers au parti écologiste comme le nucléaire ou la réglementation des drogues étaient quasiment interdits de cité ! Ah vous étiez convaincu que l'écologie était (re)devenue le parent pauvre des politiques publiques ? Vous regardiez les CRS charger à Notre-Dame des Landes, évoquiez les tergiversations socialistes sur les gaz de schistes avec inquiétude, êtes effaré face aux votes communistes sur la tarification progressive de l'énergie...

Vous vous trompez ! L'écologie est au pouvoir, c'est une dictature qui s'est installée petit à petit, en rampant, en sous-main avec des réseaux d'influence. Le propre de cette dictature, c'est qu'elle est discrète, secrète. Heureusement, Valeurs actuelles a découvert le pot aux roses et nous dévoile les influences secrètes de ces écologistes.

Suivez-moi et accrochez votre ceinture, ça secoue.

> Lire la réponse de Valeurs Actuelles, publiées le 9 novembre 2012: Quand Valeurs actuelles énerve les Verts

Enquête sur le vrai visage des Verts

vrai-visage-verts-.jpg

edito.jpg Ce sont 6 pages qui nous sont consacrées. C'est beaucoup et peu à la fois si l'on en juge par l'importance de l'affaire. On parle tout de même de dictature, ne l'oublions pas, qui veut "faire table rase du passé".

Quelques pages plus tôt, l'édito donnait le la (édito que vous pouvez lire en ligne !). Éric Branca, coiffure 16e arrondissement et lunettes de hipsters, nous révèle que la rédaction s'est "[donnée] la peine d'étudier [notre] programme. Nous lirons plus tard qu'ils se sont "plongés" dans les 192 pages de ''Vivre mieux , vers une société écologique'', bravo à eux (on espère qu'ils n'ont pas eu trop mal à la tête les pauvres bichons).

Selon Éric donc, si notre influence "n'est pas décisive", elle se fait sentir sur des sujets comme le nucléaire, la drogue ou notre "critique obsessionnelle de la famille" (pourtant nous aimons TOUTES les familles). Le diagnostic est sans appel : totalitaire, autoritaire et bien sûr "authentiquement soviétique"... Ce dernier point amenant à la conclusion de cette belle envolée de résistance : "D'où l'intérêt de les exhumer (nos idées, NDLR) quand, entre deux campagnes électorales, la mémoire s'estompe..."

Hé oui, le rouge, même maquillé de vert, n'est jamais loin, et il veut toujours "démolir la société". Heureusement que Valeurs actuelles est là !

Alors que revoilà les pastèques

Verts dehors, rouges dedans, comme la pastèque : aux antipodes de la majorité de leurs électeurs urbains et aisés, les fameux "bobos", il n'y a pas moins modéré que les écolos.

Rien ne nous est épargné dans l'article principal (publié sur le site de Valeurs actuelles : Le vrai visage des Verts) : nos bisbilles, nos dissensions internes incessantes... Mais l'interne les intéresse peu au final, car en fait, ce qui fait peur à Valeurs actuelles et ses typos moches, c'est bel et bien notre programme. Et les rappels de notre faible influence sur le gouvernement ne change rien : nous sommes influents vous dit-on. Une influence que nous n'avions pas remarquée chez EELV, il faudrait prévenir Pascal Durand.

Pourtant, Arnaud Folch, l'auteur, liste tout ce qui devrait normalement mettre à bas leur théorie de dictature écologiste :

  • pas de minorité de blocage à l'Assemblée nationale ni au Sénat (c'est plutôt faux pour la Haute chambre, mais passons...),
  • Arnaud Montebourg qui qualifie le nucléaire de "filière d'avenir" ou soutient l'exploitation des gaz de schistes,
  • les parlementaires EELV privés du petit déjeuner hebdomadaire de la majorité à Matignon,
  • soutien de Jean-Marc Ayrault à l'aéroport de Notre-Dame des Landes,
  • expulsions de Roms par Manuel Valls,
  • vote d'opposition des députés verts contre le TSCG.

Tout cela est finalement balayé d'une phrase : "c'est à un travail de sape que se livrent, depuis l'élection de François Hollande, les amis de Pascal Durand, l'inconnu successeur de Cécile Duflot." Un "travail de sape", invisible donc, mais pas au yeux des journalistes de Valeurs actuelles qui font la lumière sur ce travail de l'ombre !

Avant d'en venir au programme, encore un petit tour par l'interne : "Évidemment, ces affrontements à répétition avec le PS, qui ne sont rien, encore, au regard de leurs querelles internes, permettent aux écolos d'exister sur la scène médiatique, qu'ils aiment tant." Et alors que nous sommes traités de gamins (surtout Cécile Duflot "tête à claques", "adolescente qui ne craint pas le ridicule") le magazine nous accorde le crédit d'une "opposition idéologique de fond" avec les socialistes.

Notre "idéologie dépénalisatrice" leur déplaît, mais ils n'aiment pas non plus notre volonté d'instaurer une police et une justice spécialisée contre les délits environnementaux. Il faudrait savoir : vous voulez une société permissive ou pas ?

utopie-hysterie.jpg

Leur dénonciation du programme est très classique du point de vue de la droite : un encadré liste 14 points qui leur posent problème. On sent que le mot "citoyenneté" les gêne, on lit "repentance" ou "Roms" et "Toxicomanie". Vous imaginez bien que le refus de la prison systématique et le traitement humain des prisonniers coince. Tout comme la lutte contre l'homophobie à l'école. Ou l'éducation à la sexualité, "y compris le plaisir" (SCANDALE). Ils ont également lu "l'abolition de la culture de la performance". L'école en 1872 avec les châtiments corporels c'était tellement mieux !

José Bové l'épouvantail

Le dossier n'aurait pas été complet sans une évocation de José Bové avec un dossier qui commence à dater : les fauchages d'OGM. C'était en 2004-2005 s'il vous plait. Mais la désobéissance civile, prélude à l'insurrection (qui vient ?) doit bien se vendre dans les salons de Valeurs actuelles. Alors autant en tartiner 4000 signes.

Pour ne pas trop se fatiguer, après une page sur Cécile Duflot qui se contente de commenter les 3 ou 4 derniers articles et interviews à son sujet, l'article sur José Bové est une fiche de lecture de ''Faucheurs de science, les fanatiques sont dans nos campagnes'', auto proclamé première enquête sur les faucheurs volontaires, ces "vieux routiers de l'ultra gauche" pour qui les OGM n'est qu'un prétexte pour préparer la révolution mondiale. Contre les "forces du marché".

L'occasion de tirer la sonnette d'alarme : nous souhaitons créer une "Haute autorité de l'expertise scientifique et de l'alerte en matière de santé et d'environnement", une loi pour protéger les lanceurs d'alerte, les ''whistle blowers", pour qui il existe déjà des lois de protection de part le monde...

Et Yann Wehrling en renfort !

Enfin, on se demande bien ce qui est passé par la tête de Yann Wehrling pour répondre aux questions de ce journal. Notre ancien secrétaire national, passé au Modem à la faveur des élections municipales de 2008 (le groupe local de Strasbourg lui refusait la place qu'il estimait sienne, aucun compromis ne fut trouvé, c'est regrettable en effet) brosse un tableau apocalyptique des pratiques du parti, pile-poil dans les clichés de l'hebdomadaire : clanisme, manigances, oubli de l'écologie (la vraie, celle dont on est censé ne jamais parler - et quand on en parle, on oublie les "vrais" problèmes)...

Tout n'est pas faux, mais j'ose croise que ses propos ont été tronqués, raccourcis et simplifiés.

BONUS ! Valeurs actuelles parle des Jeunes Écologistes

Encore un bonus !

Après l'hallucinant article qui parle de moi aux deux tiers, Pierrick Prévert a concocté cette bien belle une qui m'a fait beaucoup rire.

valeurs-actuelles-fake.jpg

Commentaires

1. Le jeudi 1 novembre 2012, 10:33 par Guillaume

Quel acte militant ! Achetez "Valeurs actuelles" (Sic ! Rien que le nom)... Quelle bravoure ! Tu l'aurais volé, que je t'aurais pardonné...

Bref...

Article pathétique (le leur), démontrant encore une fois que les "forces réactionnaires", au delà de se tromper sur l'analyse socio économique, se trompe aussi (et trompe leurs lecteurs) sur la vie sociétale et politique.

Pouvait on attendre autre chose en mème temps ?

2. Le jeudi 1 novembre 2012, 11:38 par Will Summer

J'apprécie beaucoup la remarque sur "la coiffure du 16è arrdt. et les lunettes de hipster" - dont j'imagine bien le propriétaire à Gstaad en hiver et sur la Côte d'Azur en été; le reste du temps à Passy, bien sûr...
Je n'ai pas lu son article, et n'achèterai pas le magazine: la lecture de la couverture me suffit pour savoir que je ne veux pas financer (encore un peu plus...!) les responsables et relais de ce genre d'idées...

Mais je sais gré à l'auteur de cet article de l'avoir fait, pour nous en informer! Merci l'ami!

Nous avons donc affaire à un vieux garçon bien né et éduqué, passé par des écoles privées et adepte du copinage en couloirs feutrés et dorures d'époque. Il a appris depuis des années à broder des articles avec des idées, des notions et des accusations puisées ça-et-là et articulées le long d'un texte, écrit dans un bon français s'il vous plaît, de manière à offrir un discours aux inquiets de la révolution verte, les coupables de la désolation environnementale planétaire, et dictateurs de fait!

Lorsque les CRS interviennent en force à NDDL, que le débat public est tronqué, que les médias ne relayent pas les bonnes informations ni ne les présentent de manière objective, et journalistique, nous avons déjà tous les ingrédients de la dictature...

L'auteur de "Valeurs Actuelles" a peut-être peur, la vue limitée les oeillères qui existent sur les têtes de tous ceux et celles qui naviguent entre Gstaad et St. Tropez à longueur de temps et professent ce qu'il déblatère, que sa dictature ne soit remplacée par une autre où, forcément, il figurerait parmi ceux qui chutent (dans une révolution il y a toujours un réajustement social) vers la misère et l'oubli qu'ils imposent à la majorité de l'humanité...?

En tout cas il cherche à instiller dans des esprits dont une grande part des structures mentales sont gouvernés par la notion de hiérarchie (naturelle ou pas), et de soumission des inférieurs dans cette hiérarchie, dont les échelons et les membres doivent être immuables. Parce que face au danger, il faut "resserrer les rangs", et se raccrocher aux valeurs testées que sont le nucléaire, l'industrie en place et le système bancaire...

Je me permets une petite citation, de ce bon Albert Einstein, comme quoi "il n'est pas possible de régler un problème avec les causes et les constituants du problème". Voilà qui devrait donner matière à réflexion pour le gominé de Passy ;)

3. Le jeudi 1 novembre 2012, 13:42 par flodechambé

Excellent billet
En plus, j'économise grâce à l'auteur 3,50 euros que je pourrais investir dans 2 yaourts bio, ce qui facilitera grandement l'instauration de la dictature écolo. Ils arrivent, leur temps est proche...

4. Le jeudi 1 novembre 2012, 15:01 par sarah

ahah, le plaisir dans l'éducation sexuelle, ça vient de la commission féminisme !

Je n'en suis pas peu fière, surtout si c'est relevé par de tels journalistes ;-)

5. Le vendredi 2 novembre 2012, 11:20 par fred

lire le programme 6 mois après les élections, enfin du journalisme d'actualité !