Vie d'élu : la permanence avec incendie

Réveillé à 4h33 par mon téléphone, j'ai raccroché par erreur, croyant à un réveil oublié. J'aperçois trois lettres sur l'écran : CVO, pour centre de veille opérationnelle. S'ils appellent à cette heure, c'est que c'est urgent (le dernier appel, c'était un dimanche à 23h pour m'annoncer un plan Pégase à Austerlitz...), le temps de remettre mes pensées en ordre la boîte vocale le confirme : merci de nous rappeler c'est urgent. En effet : plus de 100 pompiers, plus les policiers, sont mobilisés contre un violent incendie rue de la vistule, entre avenue d'Italie et avenue de Choisy. Élu de permanence, je dois m'y rendre pour assurer une présence de la mairie, en tandem avec un agent.

Une fois sur place, je suis rapidement mis au courant, mais je vous avoue que je me sens un peu perdu entre les différentes forces de police, les pompiers avec leur commandant, le PC, le PMA, le colonel de la comm'... Vous en voyez un petit échantillon ci-dessous lors d'un débrief sans chichi et efficace.

IMG_3050.JPG

Avec l'agente d'astreinte, nous avons fait pas mal d'allers-retours de l'un à l'autre à la recherche d'infos fraîches. L'occasion de découvrir du jargon pompier et urgences : "urgence absolue" par exemple, pour les plus grands blessés, "impliqués" pour les personnes victimes du sinistre mais pas blessées...

Bilan. Une vingtaine de personnes ont été évacuées, dont 2 grièvement brûlées, une mère et son enfant de deux ou trois ans. Un douloureux rappel de la nécessité de ne pas ouvrir sa porte en cas d'incendie, et de bien écouter les pompiers.
Ajout du lendemain : la mère a hélas succombé à ses blessures dans la soirée du jeudi 23 octobre. Je ne peux m'empêcher de penser à elle et son fils, à son mari. Cette mort rend un peu trop légère la suite de ce billet, et je le regrette.

Enfin, il s'agit de recenser les personnes à reloger, et de leur trouver de quoi dormir au moins une nuit. Fort heureusement, les appartements ne sont pas touchés par les flammes et seules les portes et certaines fenêtres sont à remplacer, ce que le syndic devrait faire très vite (mis au courant avant mon coup de fil par l'appli du Parisien, ils avaient dépêché un gestionnaire avant l'ouverture de leurs locaux).

En toute fin d'intervention, après les pompiers, GRDF, ERDF, la police et un laboratoire mobile qui vérifie que plus aucune fumée toxique n'est présente, la Croix Rouge vient. La Préfecture lui délègue en effet la gestion humaine des sinistres. Café, thé et viennoiserie... plutôt que de rester dans la froidure matinale nous allons tous, personnes "impliquées" en tête, au local Croix Rouge Place d'Italie, au chaud. Les occupants de l'immeuble qui n'avaient pas de famille ou d'ami proche géographiquement ont pu se reposer un peu (comme ci-dessous, je peux vous dire que ces deux boules de poils ont été bien secouées !). Étant données les circonstances, l'ambiance est plutôt conviviale.

IMG_3052.JPG

Pour d'autres détails je vous renvoie à cet article du Parisien : Incendie dans un immeuble à Paris : une mère et son enfant grièvement brûlés
En espérant que la femme et son enfant se rétablissent au plus vite.