Plan vélo : nous voulons votre avis !

Cyclistas, vélocipédiens, réjouissez-vous : un plan vélo à hauteur de 100 millions d'euros entre 2015 et 2020, soit une multiplication par 4 de l'investissement pour le vélo. Ce plan vélo sera donc conséquent et comprendra des aménagements sécurisés sur les grands axes, un traitement des ponts, des places (Nation, Place d'Italie, Place des fêtes...) et des portes, une augmentation des voies 30 et les double-sens cyclables seront généralisés. Nous aurons aussi droit à plus de stationnement et notamment du stationnement sécurisé aux abords des gares.

L'objectif est ambitieux : passer de 3 % des déplacements en vélo à 15 % en 2020 !

Mais le mieux dans tout ça, c'est qu'on vous demande votre avis. La Ville de Paris a en effet ouvert un questionnaire pour que vous indiquiez vos priorités et fassiez part de vos remarques. Il y a des questions à choix multiples mais aussi plein de champs de texte libre, ce qui vous permet de vous exprimer réellement, pas de seulement cocher la case la moins pire.

>>> Le questionnaire est par là, Concertation plan vélo, 2015-2020

plan-transport-paris.jpg

Pourquoi demander l'avis des cyclistes ? Parce qu'un doublement des pistes cyclables, c'est bien, mais encore faut-il qu'elles correspondent à de réels besoin, ne soient pas que des bandes de couleur sur un trottoir au milieu des piétons, restent cohérentes d'un côté à l'autre d'un même carrefour, etc. On peut toutefois faire confiance à Christophe Najdovski pour veiller à ce que ces pistes ne soient pas que de l'affichage. La généralisation des zones 30 est un bon exemple de mesures structurelles qui facilitent le partage de la chaussée et sécurisent la route pour les deux roues mais aussi et surtout les piétons (et diminuent le bruit aussi).

Personnellement, j'en ai profité pour insister sur la Place d'Italie, le carrefour d'Austerlitz (une horreur innommable conçu par des adorateurs de Chtulu). Plus il y aura de de réponses, mieux ça sera pour un plan vélo non seulement ambitieux (il l'est déjà) mais réalisable et qui répond aux besoins des cyclistes, à leurs usages et à un meilleur partage de la voirie parisienne qui se fait pour l'instant, encore, au détriment des modes de déplacement doux et non polluants.

Pour aller plus loin :