François s'en va, moi #jerestechezEELV

Le départ de François de Rugy me donne l'occasion de m'exprimer un peu sur la situation chez EELV. Je ne me satisfais ni ne me réjouis du départ d'un militant. C'est toujours le constat d'un échec, souvent partagé, et les vraies raisons ne sont que rarement à trouver dans les jours précédant le départ mais plus souvent dans l'accumulation d'erreurs, d'incompréhensions, d'incohérences et de mauvais débats internes.

jerestechezEELV.png

Je ne sais pas si l'on est aujourd'hui à la "croisée des chemins", à la "fin d'un monde et le début d'un nouveau", ou à la "conjonction de trois crises" pour reprendre des clichés qui fleurissent dans nos contributions de congrès. Ce que je sais c'est que le monde, l'Europe et la France vont mal. La République va mal, notre démocratie va mal.

>>> Cet article a été complété quelques semaines plus tard par un autre, publié directement sur Le Plus de L'Obs: Après Rugy et Placé, Pompili quitte EELV : partir est une chose, trahir en est une autre

Le départ de François se fait dans le contexte des choix d'alliances aux régionales. Au fond, le problème n'est pas tant qu'on s'allie à des composantes du Front de gauche ou qu'on s'allie au PS. Le problème est qu'on passe plus de temps à en discuter qu'à trancher. J'avais pointé cela dans une tribune à l'époque, car cela rendait notre stratégie (et donc nos scores) illisible.

Alors c'est très bien de discuter et de débattre, mais à un moment, il faut choisir. Et quand on voit que se nouent dans cinq ou six grandes régions des alliances prometteuses entre EELV et des composantes du Front de gauche parties de la base militante (j'insiste), des alliances où ce sont nos têtes de listes et nos propositions qui servent de bases à un accord, pourquoi continuer à faire comme si le parti n'avait pas choisi, pourquoi ne pas étendre ces alliances ?

Je suis partisan de l'identitaire écolo, et il y a encore 6 mois j'avais très peur qu'on se fonde dans un gloubiboulga anti PS qui nous aurait vu disparaître, à la manière des Verts italiens. Or il n'en est rien et conformément à nos vœux d'être le moteur de la transformation écologique, sociale, économique et démocratique de notre pays, c'est autour d'EELV que se font les rassemblements (les vrais rassemblements, pas les "rassemblements" de ceux qui partent esseulés).

Ces rassemblements seront-ils victorieux ? Sûrement pas partout. Pèseront-ils plus qu'une liste écolo seule ? Probablement. Plus que des listes séparées additionnées ? Peut-être pas, mais c'est parfois la condition pour passer de 7 % à 11 %, des points qui font toute la différence.

Je ne sais pas si le modèle grenoblois peut faire ses preuves partout, mais on devrait au moins essayer de voir s'il peut se décliner ailleurs qu'au sud de la Loire et en NPDC-Picardie.


(copier-coller du statut Facebook ci-dessous, mais Facebook, ça va, ça vient... Alors que ce blog, c'est du sérieux. ;-)

Le départ de François de Rugy me donne l'occasion de m'exprimer un peu sur la situation chez EELV. Je ne me satisfais ni...

Posted by Adrien Saumier on jeudi 27 août 2015