La réserve citoyenne : mobilisation en devenir

Hier soir, jeudi 3 décembre (elle était prévue le lundi 16 novembre et avait été reportée), le rectorat de Paris avait invité les volontaires de la "réserve citoyenne" de l'Éducation nationale. Inscrit depuis février ou mars, j'avais hâte de rencontrer les organisateurs de cette initiative née des attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher.

reseve-citoyenne-grand-amphi-sorbonne.jpgC'est dans le cadre exceptionnel du Grand Amphithéâtre de la Sorbonne que nous sommes reçus. Au moins 150 personnes ont fait le déplacement. Autant vous le dire tout de suite : c'est très cheveux gris et très blanc, mais il y a bien sûr des exceptions. Le recteur confirme vite cette impression en annonçant que beaucoup de volontaires sont des anciens de l'Éducation nationale, enseignants, directeurs...

Comme nous sommes à Paris, le plateau d'accueil est prestigieux : Najat Vallaud-Belkacem, Serge Klarsfeld, Edgar Morin... La ministre nous annonce que les effectifs nationaux de la réserve se montent à un peu plus de 5400, et 500 (ou 700, j'ai entendu les deux - hum...) pour Paris. Des chiffres assez modestes tout de même, qui doivent masquer en plus des disparités selon les académies.

La séance des questions-réponses révèlera une grande frustration de quelques volontaires. Ils se plaignent de ne pas avoir été contactés pour aider, de ne pas savoir comment ça se passe. Avec une absence totale de bienveillance, sans réaliser le profond changement de culture que ce genre d'initiative implique de la part de l'Éducation nationale, quelques personnes ont râlé et se sont plaintes qu'en tant que volontaires il fallait absolument faire appel à leurs talents !

Un peu à l'image des volontaires en humanitaires qui aident plus pour eux-mêmes que pour l'humanitaire en tant que tel. Ça promet pour les classes et les professeurs qui les accueilleront... Si ces personne sont une telle soif d'engagement, des millions d'associations en France les attendent. Pour Paris, un tour sur jemengage.paris leur permettra de trouver le bonheur.

reserve-citoyenne-charte.jpgLes "réservistes" ont pour mission de transmettre les valeurs de la république, la laïcité, l'éducation aux médias, le harcèlement (ajouté récemment). Le projet doit être bâti en fonction de ses compétences et en collaboration avec l'enseignant, ou l'équipe éducative. Il est toujours possible de s'inscrire, si vous adhérez au projet et que la charte en photo ci-contre ne vous rebute pas ; c'est par ici : http://lareservecitoyenne.fr/ (cliquez sur l'image pour la voir en grand).

Qu'est-ce que j'en pense sinon ? C'est à mon avis une bonne initiative, qui mériterait d'être plus et mieux communiquée. En tant que militant depuis mes 18 ans (voire avant) et élu local, je pense qu'il est de mon devoir de porter les valeurs républicaines partout où cela est possible. Mais n'importe qui, élu ou non, doit pouvoir le faire si telles sont ses convictions. L'éducation aux médias (savoir identifier une source, vérifier une information, différencier une tribune d'un article...) est aussi au programme et alors que des Soral ou d'autres complotistes totalisent des centaines de milliers voire des millions de vues Youtube, ça me parait capital. On demande beaucoup aux enseignants aujourd'hui, sans doute un peu trop, il n'est pas idiot de leur permettre de compter sur des compétences externes qui seront autant d'apports supplémentaires à leurs travaux et projets pédagogiques.