10 conseils aux cyclistes en ville

Pour ne pas vous faire détester des automobilistes, des piétons et des autres cyclistes, voici quelques conseils de la part d’un cycliste. Pour être tout à fait honnête, j’ai moi-même une pratique que je qualifierais de militante : j’occupe mon espace sans honte, je fais parfois des remarques aux voitures garées sur des pistes cyclables ou aux scooters qui empruntent les double-sens cyclables (dans un sens comme dans l’autre), je n’ai aucun problème à empêcher une voiture de me doubler dans une rue trop étroite.

Mais je suis conscient que les vélos, notamment par leur statut de dernier arrivé sur la chaussée et dans les rues (du moins à cette échelle et avec ces aménagements dédiés), peuvent provoquer du rejet et parfois de la peur. Voici donc quelques conseils forcément subjectifs pour être un cycliste sur lequel les piétons, surtout les piétons, ne jettent pas des œufs.

Ceci est la réponse à mon article précédent Vitesse, SMS, klaxons... Piéton en ville, voici mes conseils aux automobilistes

velib-gilrs.jpg

1- Ne montez pas sur les trottoirs

Je sais, on l’a tous fait. Mais c’est à éviter au maximum. Tout d’abord parce qu’on n’a rien à y faire : le trottoir est pour les piétons. Ensuite parce que souvent il est trop étroit. Il est vrai que parfois la chaussée est dangereuse et le trottoir assez large, mais dans ce cas roulez doucement, c’est vous l’intrus !

2 - Évitez de lâcher votre guidon

Oui, on a vu que vous saviez rouler droit sans les mains. Bravo. Clap clap. Néanmoins, autant c’est bien pour frimer sur un chemin de campagne, autant en ville alors que vous êtes loin d’être seul, c’est moins prudent. Un des principes de base du code de la route, c’est de rester maître de son véhicule en toute circonstance. Ça vaut aussi pour le vélo.

3 - Ne tapotez pas de texto

C’est dangereux en voiture pour les autres, c’est dangereux à vélo pour vous-même. Avec une seule ou aucune main sur le guidon, vous n’êtes pas maître de votre vélo et vos yeux sont sur un écran. Honnêtement, si c’est urgent, arrêtez-vous sur le côté et tapotez, sinon, ça peut attendre. SI vous regardez votre itinéraire sur Google Maps arrêtez-vous, car Google voit la route mais pas les dangers.

4 - Souriez !

À vélo, vous n’êtes pas comme en voiture isolé par l’habitacle. Profitez de ce contact direct avec votre entourage pour montrer combien vous vous en souciez. Un sourire, voire un petit mot, pour remercier cette personne de vous laisser passer, vous excuser auprès d’une personne âgée.

5 - Soyez visibles

Pas forcément gilet jaune et drapeau mais au moins l'éclairage. La nuit, on est invisible malgré les lampadaires. Pour le gain en sécurité, l’investissement dans des lampes (clignotantes ou non) est très réduit.

6 - Faites gaffe aux angles morts

C’est écrit sur les guidons Vélib’ et c’est une bonne chose. Les bahuts ne voient pas les petits vélos sur leur droite et risquent de les cogner voire pire. Méfiez-vous quand vous doublez ce type de véhicule.

7 - Garder une trajectoire stable et lisible

Particulièrement sur les grandes places comme Bastille ou sur les voies larges, veillez à ne pas avoir de déplacements erratiques. Vous appréciez quand les scooters ou les voitures ne slaloment pas, faites donc de même.

8 - Signalez quand vous tournez

Pour permettre aux autres usagers d’anticiper vos déplacements, pensez à tendre le bras droit ou le bras gauche quand vous tournez ou changer de file. Pas la peine de rester le bras tendu dix minutes, mais une dizaine de secondes juste avant de tourner ou pendant le changement de file peut suffire. Bien sûr ce geste ne doit pas vous empêcher de jeter un œil derrière vous pour contrôler vos propres angles morts (et si vous comptez sur le bruit : méfiance ! les voitures électriques se multiplient !).

9 - Attention aux portières des voitures

Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé. Mais j’ai lu et entendu tellement de témoignages sur ces portières de voiture ouvertes au passage du vélo que je laisse tout le temps un mètre entre les voitures stationnées et moi. Au risque de frustrer l’automobiliste derrière, mais j’assume.

Ce conseil vaut également pour les scooters qui sortent de leur parking deux-roues sans faire attention.

10 - Enfin, ne vous laissez pas faire

Pour boucler avec mon introduction : ne soyez pas honteux de rouler à la pédale, la chaussée est autant à vous qu’aux voitures. Sachez le faire remarquer, tout en restant poli, évidemment.

Maintenant allez-y !


Lire aussi : 10 choses apprises en 10 mois de vélotaf