vendredi 16 décembre 2016

[Vidéo] Moins de voitures en ville ? Oui ! Mais pourquoi ?

Abonnez-vous ▶ http://bit.ly/caparlepolitique
Partagez sur Facebook ▶ http://bit.ly/2gEYCTc
Partagez sur Twitter ▶ http://bit.ly/2gEYMKi

Alors qu’on sort d’un pic de pollution à Paris mais aussi dans d’autres villes françaises comme Lyon, Lille ou Grenoble, parlons un peu voiture.

Dans le monde entier, des capitales comme Paris, Londres, Séoul, New York, Milan, Los Angeles… en ont marre de la voiture ? C’est normal et voilà 3 raisons.

  1. ça pollue
  2. ça prend de la place
  3. ce n’est pas efficace

On fait comment pour en sortir ? C'est ce dont parle cette vidéo.

vendredi 9 octobre 2015

Même Los Angeles prévoit de quitter la voiture

Alors que Pécresse promet que si elle devient présidente de la région Île-de-France elle entamera un immense chantier pour plus de routes, histoire de prouver qu'elle voit les déplacements avec des lunettes des années 60...

... la ville de Los Angeles, un des symboles du tout routier aux États-Unis, ses autoroutes à huit voies, son smog et son traffic jam, réfléchit à un plan pour les vingt prochaines années, baptisé Mobility Plan 2035 (disponible dans sa version complète et PDF ; si vous aimez les plans de transports vous allez vous régaler).

Lire la suite...

jeudi 30 avril 2015

La longue et lente agonie du tout routier

C'est sans doute le sens de l'histoire, en tout cas c'est celui que les écologistes souhaitent : la fin du tout voiture, du véhicule individuel pour tous les déplacements. Pourtant, hélas, ce n'est pas partagé par tous les décideurs politiques, loin s'en faut.

Lire la suite...

lundi 23 mars 2015

A stratégie illisible, résultats illisibles #dep2015 #eelv

Lendemain d'élections, mon sentiment brut de décoffrage, garanti sans filtre.

munch-dep2015.jpg

Lire la suite...

dimanche 30 novembre 2014

De Vaison-la-Romaine à Draguignan, le béton comme coupable

Je vous invite à visionner ce sujet du JT de France 2 de 1992. Diffusé il y a plus de 20 ans. Brice Lalonde était ministre de l'environnement (il apparait dans le reportage), François Mitterrand était à l'Élysée, les téléphones portables ressemblaient à ça. Il traite des inondations de Nîmes et de Vaison-la-Romaine, cette ville étant synonyme pour moi d'une caravane qui se heurte à un pont de pierres sur une rivière en furie.

Les raisons de ces inondations ? Les pluies diluviennes, certes, mais aussi et surtout le non respect du cycle naturel de l'eau, la construction en zone inondable et l'artificialisation des sols : parkings, zones résidentiels, zones commerciales hors des villes... Autant de raisons pointées dans un rapport défendu par Brice Lalonde, en 1992. C'était il y a plus de 20 ans et depuis, qu'a-t-on fait ? Plus de parkings, plus de zones résidentielles, plus de zones commerciales, plus de voies rapides.

vaisonlaromaine.jpg

Cette évidence du ruissellement des eaux sur un sol artificiel est tellement sortie de nos têtes que Reporterre, média écolo s'il en est, se sent obligé de le rappeler, sans doute pour la milliardième fois, sous la plume d'Hervé Kempf : Les inondations dans le Var ne sont pas une catastrophe naturelle.

Sauf que ce n’est pas la pluie diluvienne qui crée tant de dommages, mais les conditions dans lesquelles l’eau s’écoule ou est absorbée par le sol. Et comme le Var est un département où l’artificialisation des sols se poursuit à une vitesse incontrôlée, les sols y sont de plus en plus imperméables : « L’imperméabilisation de la surface des sols a de nombreuses conséquences environnementales, écrit le Commissariat général au développement durable. Elle favorise le ruissellement de l’eau le long des pentes au détriment de son infiltration, l’érosion des sols, les coulées d’eau boueuse et le risque d’inondation. »

La nature qui a tué des habitants de l'Hérault ou du Var récemment est aveugle, mais que dire des personnes qui ont signé les autorisations de toutes ces constructions qui ont conduit à de telles inondations ?

vendredi 26 septembre 2014

#MarcheClimat, l'activisme 2.0 au service de la politique

Contrepieds des conclusions du très intéressant billet d'Anne-Claire Ruel, du blog "Fais pas com' papa" : #MarcheClimat ou le digital au service de l'empowerment mondial : le politique est mort, vive l'activisme 2.0

marcheclimat.jpg

Lire la suite...

lundi 22 septembre 2014

La menace n'est pas le changement climatique, mais notre hubris

Alors que le JDD publie un texte court mais percutant de Nicolas Hulot, écrit à l'occasion de la Marche pour le climat du 21 septembre 2014, je voulais partager ce texte de Marlowe Hood, qui a tenu la rubrique environnement à l'AFP Paris de 2007 à 2012. C'est long, c'est bon, c'est déprimant. C'est à lire sur l'excellent blog "Making of" de l'AFP, dont on ne peut que conseiller la lecture régulière avec insistance.

Pour la tribune de Nicolas Hulot, c'est par là : "L'humanité est au pied du mur"

Le point focus est Paris en décembre 2015, où 194 Etats doivent passer un accord global pour prendre la suite du protocole de Kyoto qui arrive à échéance. La courbe de l'irréversible croise une certaine courbe du fatalisme. A Paris, il y a la volonté des Nations unies, et de la France qui héberge cette conférence, de remettre tout le monde en mouvement, et de passer à un stade supérieur d'engagement. Mais quand 194 Etats doivent remettre à plat leurs priorités économiques et acter une sortie de l'économie carbonée, c'est très compliqué... Plutôt que de s'en effrayer, il faut s'en responsabiliser. La semaine prochaine à New York, Ban Ki-moon donne l'occasion que les discussions puissent commencer et que les gouvernements posent déjà sur la table un certain nombre de propositions concrètes. Comment finance-t-on à la fois l'adaptation au changement climatique pour les pays du Sud, et la transition énergétique? Paris 2015, ce sera l'aboutissement. Paris 2015, c'est le grand rendez-vous pour l'humanité. L'humanité va décider de son avenir à Paris.

Le reste peut n'apparaître que comme futilité et les oppositions aux changements nécessaires comme des irresponsables.

mardi 2 septembre 2014

Les avions personnels, le futur des années 60 à portée de main

Dans la science-fiction classique, on imagine des voitures volantes, ou du moins le transports aérien à la portée de chacun. Les voitures du 5e élément par exemple, ou les hélicoptères fusées de Demain les chiens, sans parler des représentations de Paris en l'an 2000...

en-lan-2000.jpg

Lire la suite...

- page 1 de 6